Centre de Formation des Serristes

[ Accueil | Espace Etudiants | Espace Entreprises ]

les autres fiches
 (cliquer sur l'image)
la courgette
la pomme de terre
la tomate
l'aubergine
les fèves

le centre de la terre

LA PREPARATION DU SOL



De la qualité de la préparation du sol va dépendre la réussite de votre potager. Il est essentiel de connaître son sol avant d’organiser son jardin. Dans la plaine du Roussillon, on rencontre principalement trois types de sol.

Les sols sableux près des rivières très faciles à travailler, mais qui retiennent peu l’eau et les éléments fertilisants. Il faudra donc soigner particulièrement le système d’irrigation et prévoir des apports importants de matière organique végétale. Ces sols froids en hiver se réchauffent très rapidement au printemps, idéal pour les pommes de terre et les légumes racines, à condition de bien nourrir les cultures.

Les sols limoneux plus riches, sont en quelque sorte le terrain idéal pour le potager, à la fois souples, chauds, capables de retenir l’eau sans excès et les éléments fertilisants. La garantie de belles récoltes toutes espèces.

Les sols argileux, les moins faciles à travailler : de la brique si c’est trop sec, de la colle si c’est trop humide. Ils retiennent pourtant bien les engrais et l’eau. C’est dans ce type de sol que le talent du jardinier sera mis à l’épreuve. Il est essentiel d’apporter régulièrement de la matière organique végétale pour assouplir le sol et de la travailler « au bon moment », ni trop sec, ni trop gras. La gestion fine de l’irrigation sera aussi déterminante. Les légumes racines et les pommes de terre auront du mal à s’exprimer, mais avec des soins et des sarclages réguliers, on peut relever le défi.

Dans tous les cas, n’oublions pasque le sol est vivant et que de la vie que l’on saura entretenir, dépend notre réussite !

Quelque soit votre type de sol, il faudra labourer ou bécher au moins une fois par an, afin d’aérer et de briser la semelle qui ne manque pas de se créer tout au long de l’année. On profite de cette opération pour apporter fertilisants et amendements.

L’air et l’eau pénétreront facilement dans ce sol retourné et les racines pourront se développer sans difficulté. Si le sol est trop sec en été, n’hésitez pas à arroser avant le labour, par contre, il ne faut jamais travailler un sol mouillé ; attendez donc le ressuyage de la parcelle avant d’ intervenir.

Votre sol est donc prêt à être mis en forme en fonction de la culture. Vous formerez des billons ou des planches plus ou moins larges. En Roussillon, on évite de travailler « à plat ». Les orages l’été ou les fortes pluies qui sont à craindre, demandent un système d’évacuation de l’eau et des cultures surélevées pour éviter la submersion. Les légumes n’aiment pas la sécheresse, mais craignent encore plus la « noyade » et l’asphyxie.

En fonction de la taille du potager, vous utiliserez des outils à main ou mécaniques pour réaliser les opérations de labour et de sillon nage. N’abusez pas de la « fraise ». Elle est bien utile après une récole mais destructure le sol : « sol soufflé, farineux » et créé une semelle de labour qui gène les échanges et l’infiltration de l’eau.

LA FERTILISATION

Les amendements corrigent la structure du sol et entretiennent la vie microbienne nécessaire à l’assimilation des éléments nutritifs par les plantes. On corrigera les sols trop légers avec du fumier, de la tourbe ou du compost. La chaux corrigera les sols trop acides. On peut éventuellement incorporer du sable de rivière ou de la terre sablonneuse à un sol trop lourd si la superficie n’est pas trop importante. La correction d’un sol est une œuvre de longue haleine. Bon courage !

Les engrais (ou fumure) apportent les éléments nutritifs (NPK) azote acide phosphorique, potasse, plus les oligoéléments nécessaires à la croissance de la plante.

Les engrais peuvent être chimiques ou organiques (en culture bio), d’origine animale : fumiers, guano, corne, peaux… ou végétale : compost, paille, tourbe…

Ces apports sont indispensables pour compenser la consommation des plantes des cultures précédentes.

Ceci est la fumure de fond que l’on apporte avant la mise en place de la culture et que l’on incorpore bien au sol. La fumure d’entretien est apportée au cours de la culture en  fonction des besoins de la plante.


CNF Théza
8, Rue Pierre Rameil
66000 PERPIGNAN
Tel : 04 68 84 84 84
Fax : 04 68 08 10 55
accueil@cnftheza.fr

Cédric SABATE        

Président du CNF Théza

Yves NADAL       

Responsable de l'Exploitation

Frédéric NOGUER

Responsable de Formation
Label Qualité Région LR

Avec le soutien de


[ Mentions Légales  | Contact ]